Nouvelles

L'Agence du revenu du Canada exige que des données personnelles soient fournies à 115 000 utilisateurs du QuadrigaCX


La bourse de crypto-monnaie canadienne rejetée QuadrigaCX a été nommée syndic de faillite désigné par le tribunal, EY, et a été tenue de soumettre tous les renseignements sur les utilisateurs de la bourse à l'Agence du revenu du Canada [ARC].

Les documents judiciaires déposés auprès de la Haute Cour de l'Ontario le 24 mars ont détaillé le besoin, avec 115 000 clients sur l'échange impliquant 750 000 documents.

L'agence fiscale canadienne exige l'accès aux données des utilisateurs QuadrigaCX

Le document indique: «Le syndic a informé l'ARC que son but est uniquement de générer une copie complète de la base de données EDiscovery et de modifier uniquement les privilèges en réponse aux besoins de production de l'ARC.

Ernst & Young a collecté les données demandées auprès de sources internes et tierces, couvrant les informations personnelles des utilisateurs, les soldes des comptes et l'historique des transactions de 2016 à 2018.

Dans une lettre publiée le 25 mars, Miller Thomson, une société mandatée par les tribunaux représentant les utilisateurs de Quadriga, a déclaré qu'elle avait choisi de se conformer aux exigences de l'ARC après avoir pris en compte les litiges en matière de coûts et les retards dus à une procédure de faillite.

La lettre disait: "Le principal objectif du comité officiel est de faire avancer rapidement la procédure de mise en faillite vers la distribution".

Le comité des créanciers se dit préoccupé par la vie privée

Cependant, des représentants du comité des créanciers – qui a rencontré Miller Thomson au nom de certains des anciens groupes d'utilisateurs sélectionnés de la clientèle de la bourse – ont souligné les problèmes de confidentialité liés au traitement des demandes de l'ARC.

Miller Thomson a noté que "les membres officiels du comité sont très divisés sur la nature des intérêts de la vie privée".

Magdalena Grownowska, membre du comité, a tweeté que la demande était "une insulte sans précédent à la vie privée" et a exprimé son scepticisme quant au fait que l'ARC collectait des données pour calculer le revenu imposable de Quadriga, alors qu'EY avait précédemment affirmé que "l'identification est presque Impossible ".

Le crash de QuadrigaCX

Après son lancement en 2013, QuadrigaCX a rapidement attiré l'attention et est devenu l'un des principaux échanges de crypto-monnaie au Canada.

En 2018, l'échange a commencé à rencontrer de plus en plus de problèmes et la Banque Impériale du Canada a gelé 28 millions de dollars [CAD] dans cinq comptes appartenant à la filiale de Quadriga et au processeur de paiement Costodian Inc. L'échange travaillera également avec des sociétés bancaires parallèles sur le capital de crypto-monnaie.

Dans une poursuite subséquente, la Haute Cour de l'Ontario a conclu qu'il était impossible de déterminer si les fonds appartenaient à des clients de Costodian, QuadrigaCX ou Quadriga. Les plaintes des utilisateurs concernant les demandes de retrait retardées augmenteront en 2018, et l'échange leur reproche le manque de liquidités dû au gel des fonds.

Le 15 janvier 2019, QuadrigaCX a annoncé que son fondateur et PDG Gerry Cotten était décédé lors d'un voyage en Inde en raison de complications médicales liées à des conditions préexistantes. Il est dit que tous les fonds de l'échange sont conservés dans la chambre froide [seul Kotten connaît la crypto-monnaie], et la mort du fondateur a rendu les fonds d'utilisateur de 190 millions de dollars de Quadriga inutilisables.

Source: compilé par COINTELEGRAPH à partir de 0x, original: https://cointelegraph.com/news/canadas-tax-authority-demands-personal-data-on-115-000-quadrigacx-users Le droit d'auteur appartient à l'auteur et ne peut être reproduit sans autorisation Cliquez pour continuer la lecture